» Salut à toutes et tous ! L’équipe de Startin’Sport m’a récemment proposé de réaliser des chroniques pour son blog, et c’est avec plaisir (et honneur ! ) que je vous délivre la première, qui retrace mon parcours jusqu’à aujourd’hui…histoire que l’on fasse un peu mieux connaissance !

J’ai donc 29 ans (et oui, déjà!), j’ai grandi et je vis toujours dans ma petite ville de Port-Saint-Louis-du-Rhône (13), et je fais du kite depuis maintenant 7 ans.

Photo : Gilles Martin Raget 

 

Au départ, pratiquant ce tout nouveau sport en pur amateur, j’accroche très vite, progresse à chaque sortie, et ne pense très vite plus qu’à ça…. Mes études de marketing ont même failli ne jamais se terminer !

Mais non, diplôme en poche, je deviens commercial pour un réseau de shop de glisse, ce qui me permet de rencontrer beaucoup d’acteurs du milieu, de tester pas mal de matériel et surtout de naviguer assez souvent, étant basé à Marseille.

Je progresse vite et à chaque sortie, l’objectif est le même, prendre le maximum de sensations fortes. C’est donc tout naturellement que je me tourne vers la vitesse.

Première compétition au Mondial du Vent de Leucate en Avril 2005, je finis 12ème, j’apprends pleins de choses et je choppe le virus de la compétition.

En juillet 2005 se profile une grosse compétition aux Canaries, il me faut alors faire un choix : continuer mon train train quotidien de jeune commercial ou tout plaquer et se lancer à 100% dans le speed. Après réflexion et un peu d’aide de mon employeur de l’époque, le choix est fait et ça sera la vitesse !

Je me retrouve donc aux Canaries, sur l’île de Fuerteventura, faisant enfin réellement partie du « Tour ». J’améliore un peu mon classement en finissant 10ème de l’épreuve, même si les conditions n’étaient vraiment pas faciles. Je casse d’ailleurs 3 planches dans ce plan d’eau ultra-chaotique, mais j’en tire toutes les leçons possibles et ma motivation est intacte !

L’étape suivante, Walvis Bay (Namibie) en Octobre 2005, devient la première épreuve du championnat du monde de Kite Speed 2005/2006. Cette compétition va être le tournant de ma carrière.

Je termine 4e au classement général, au pied du podium, mais je réalise le second meilleur temps, avec 41 noeuds, à 8 dixièmes du record du monde détenu par le Sud-Africain Olaf Marting.

C’est avec ce chrono que débute réellement ma carrière professionnelle : à partir de ce moment là Raphael Salles, boss de la marque de kite F ONE qui me suit depuis mes débuts, décide de m’intégrer dans son team pro et de m’attribuer un budget.

Puis tout va très vite, ma première victoire en Coupe du Monde, chez moi à Port-Saint-Louis, en Avril 2006 et un titre de Vice-Champion du Monde en Août de la même année.

L’année 2007 est probablement ma plus belle saison, avec de nouveau une victoire à domicile, une 2ème place aux Canaries, puis une victoire et le titre de Champion du Monde de Kite Speed à Walvis Bay.

Et enfin, le 10 Octobre 2007, le Record du Monde de Vitesse Kite, au cours du 1er « Luderitz Speed Challenge » (toujours en Namibie) !

2008 n’est pas en reste non plus… 3ème victoire consécutive à Port St Louis ! En plus de prendre la tête de la Coupe du Monde, je deviens également le premier Kitesurfeur Champion de France de vitesse à la voile.

Photo : Jean Souville

En parallèle de la vitesse, je participe à pas mal de compétitions de longue distance et en Mai, à l’occasion du Grand Prix Petit Navire de Douarnenez, je deviens Vice-Champion d’Europe en Kite Longue Distance.

Mais Revenons-en au speed… L’été 2008 arrive, et c’est une 3ème place à Fuerteventura malgré le fait que je score la meilleure vitesse de l’épreuve ! Tout le championnat est relancé, et on pense alors que tout se réglera lors du Luderitz Speed Challenge 2008, qui doit se dérouler 2 mois plus tard et qui conclut la saison.

Le 15 Septembre arrive vite, et c’est maintenant que tout se joue réellement… Tous les ténors du Speed sont réunis à Luderitz, la concurrence est bien là et rien ne sera facile pendant ce mois de tentatives de records de vitesse.

Tellement peu facile qu’à peine 2 jours après le début de l’épreuve, Rob Douglas, rider américain, claque un 49,7 noeuds, bat ainsi mon record Kite de l’année passée, établit un nouveau record du monde toutes catégories, et devient l’homme le plus rapide du monde à la voile !  

Du coup, je me prends un sacré coup derrière la tête, mais je sais que la tentative est encore longue, qu’il va falloir analyser ce qu’il s’est passé pour améliorer ce qui doit l’être… Et c’est là que l’esprit d ‘équipe intervient !

Après un débriefing poussé par mail et téléphone, F One et Raphaël Salles ont bossé trés dur, à 10 000 km de distance, pour pouvoir m’apporter un matériel plus performant et mieux adapté aux conditions de plan d’eau et de vent.

Photo : Craig Kolesky / SANDISK – Luderitz Speed Challenge 2008

 

Avec mon père, resté lui aussi en France (mais qui me suit d’habitude sur toutes mes épreuves de Speed), et Christophe (Prin-Guenon, mon coéquipier chez F ONE, présent lui aussi à Luderitz), c’est toute une analyse des trajectoires (à l’aide des traces GPS) qui est menée et qui va nous permettre de prendre de meilleurs départs et une meilleure « ligne » tout au long du run.

Bref, un très gros travail d’équipe qui va me remettre les idées en place, et me permettre de retrouver une motivation énorme !

Même si le 3 Octobre, c’est Seb Cattelan qui claque le premier les 50 noeuds, grâce notamment à des conditions qui lui sont plus adaptées, je sais que le lendemain le vent doit encore souffler très fort et j’attends mon heure…

Photo : Craig Kolesky / SANDISK – Luderitz Speed Challenge 2008

Le lendemain matin, je reçois par Fedex une nouvelle board F ONE, dessinée, shapée et expédiée en une semaine! Ce qui me motive encore plus, et c’est avec le « couteau entre les dents » que j’arrive sur le spot ce samedi 4 Octobre…

Je sens tout de suite que cette journée va être MA journée. Je décolle ma 7m (avec certes un poil de stress vu les conditions musclées… rafales à plus de 50 noeuds, quand même!), prends ma toute nouvelle board dans la main, et pars à l’eau.

Un premier run pour se caler les pieds dans les straps, puis les choses sérieuses peuvent commencer : premier passage à 49,5 noeuds, puis c’est déjà le run du record, affiché à 50,6 noeuds !

Photo : Craig Kolesky / SANDISK – Luderitz Speed Challenge 2008

Joie, soulagement, euphorie, pleins d’émotions me traversent la tête à ce moment là, mais je dois me remettre vite dans la course, rien n’est terminé jusqu’à ce que le chrono s’arrête… Suivront encore 4 runs au dessus des 50 noeuds mais rien au dessus de 0,57 (le 50,6 corrigé à la vidéo),  nouveau record du monde toutes catégories à la voile !

Cette saison 2008 aurait pu se terminer sur une note encore meilleure si le titre de Champion du Monde de vitesse ne m’avait pas été « refusé » par la direction du Tour, suite à une modification du règlement en cours de saison (décision non-votée par les coureurs!)…

Alors que je remporte 2 étapes sur 3 et que je réalise à chaque fois les meilleures vitesses sur toutes les épreuves… un peu du vol tout ça! Mais bon, peut-être que la direction remettra les pieds sur terre et reviendra sur sa décision bientôt, qui sait?

2009 est déjà là, je suis en Afrique du Sud en ce moment, et je vous parlerai très prochainement de mon programme pour cette année, qui s’annonce encore pour le moins intense !!!

A très vite,

Alex « AC21 »

Retrouvez également l’interview que nous avait accordé Alex le 12 Novembre 2008 !

Toutes les vidéos d’Alex sont en outre disponibles sur son site web…

 

Vous aimez cet article ? Notez le :
Article noté 0/5 avec 0 votes.

commentaires Facebook