Le Sénat a adopté Vendredi un amendement réclamant « l’autorisation expresse d’un circuit de F1 en région parisienne », et permettant au Conseil Général des Yvelines de passer outre les habituelles procédures de délégation de service public.

L’objectif : la tenue d’un Grand Prix de France de F1 à partir de 2011, l’épreuve étant absente du calendrier de la FIA pour cette saison 2009.

Le retour d’un GP de France ne se fera cependant qu’avec un accord financier entre Bernie Ecclestone – gérant des droits commerciaux de la F1 – et un possible promoteur de l’évènement.

Les Présidents du Conseil Régional de Bourgogne et du Conseil Général de la Nièvre n’ont d’ailleurs pas tardé à réagir de manière virulente via un communiqué :

«  Alors qu’il n’a pas eu la moindre réaction officielle à l’annonce du retrait du calendrier international du Grand Prix de France Formule 1 2009 qui devait se dérouler à Magny-Cours, alors qu’aucune suite n’a été donnée au dépôt conjoint par la Bourgogne et par la Nièvre du dossier Magny-Cours 2 qui prévoyait un plan de rénovation du circuit de Magny-Cours pour lui permettre de continuer à accueillir le GPF1 […], le gouvernement s’apprête donc à favoriser un investissement public nouveau de 120 millions d’€ pour construire un deuxième circuit homologué pour la F1 sur fonds publics et à tourner la page de la compétition F1 à Magny-Cours.

« Le Président du Conseil Régional de Bourgogne et le Président du Conseil Général de la Nièvre dénoncent l’hypocrisie du gouvernement sur ce dossier et demandent publiquement à l’Etat des réponses sur le financement du dossier Magny-Cours 2. «  énonce notamment le communiqué.

Ca promet des tensions pour les semaines à venir…en espérant que les choses évolueront vite pour doter de nouveau la France d’un Grand Prix de F1 !

Vous aimez cet article ? Notez le :
Article noté 0/5 avec 0 votes.

commentaires Facebook