Nous vous présentons un espoir de la moto, il s’appelle Alan, il est jeune, il est beau, il est plein d’humour et il est classe sur sa moto n°89 de Red Bull. Aller, on vous laisse découvrir ce pilote dans l’interview d’Alan Techer. Retenez bien ce nom, il va faire des étincelles d’ici peu de temps !!

interview-alan-techer

Bonjour Alan, nous te souhaitons la bienvenue chez Startin’ Sport.

Alors pour commencer, peux-tu te présenter rapidement ? Age, lieu de naissance, de résidence, tes études …
Je suis né le 8 septembre 1994 à Cannes donc 17 ans et j’habite actuellement à Grasse, cité des parfums et je suis actuellement en terminale bac pro mécanique moto. Licencié à la FFFM depuis 10 ans et sociétaire du Moto Club de Cagne/Villeneuve Loubet.

Pour ce qui de la moto, donnes nous plus de détails sur le début de ta passion…

C’est la faute à mon père, à 5 ans et demi il m’a mis sur un PW50 et j’ai fait ma première course dans la foulée, Le Bol de Lait à Nice où je termine dernier ; puis après courses régionales, Minibike en championnat de France, deux années de minibike Academy FFM, 3 ans en pomovelocitad 70cc en Espagne, retour en France pour le challenge de l’avenir FFM sur 125 honda RS, en 2010 qualifié en Red Bull Cup et CEV(championnat d’Espagne) sur Aprilia 125 RSW, mais une mauvaise chute lors de la 1ere course en Red Bull, je me casse le bras gauche, saison foutue avec quatre mois d’arrêt. Cette année début en CEV mais arrêt après la perte d’un gros sponsor et Red Bull Cup où je termine 3ème au classement final avec deux victoires.

En montant sur ta première moto, pensais-tu en arriver là ? Qu’espérais-tu à l’époque ?

Non, je ne pensais qu’à me faire plaisir en faisant des ronds sur les circuits de kart !!

interview-alan-techer-1

Comment s’est passée ton entrée dans le cercle des courses moto ? Tu as gagné très vite des compétitions. Pas trop dur à gérer en étant si jeune ?

Très rapidement j’ai gagné mes premières courses mais je ne me prenais pas la tête. Ça m’amusait de rouler et mon père m’a empêché de prendre la grosse tête.

Parles-nous de ta rencontre avec Red Bull.

En 2008, première sélection, trop confiant car on m’avait dit que c’était gagné. Le plus rapide aux pré-sélections en Italie (+ de 100 concurrents dont 6 français), j’échoue à la finale à cause de mon âge et peut être mes difficultés à parler l’anglais. Dur, dur, une bonne claque et une remise en question, l’année suivante beaucoup de travail et de sérieux et du coup j’ai gagné ma place tant désirée en Red Bull.

Tu roules sur 125, d’ici combien de temps penses-tu passer à la vitesse supérieure ?

La marche supérieure serait de rouler en mondial en Moto 3 et le plus rapidement serait le mieux, mais nous n’avons pas le budget nécessaire (on parle de 300 à 400000€ pour une saison complète) à moins qu’un Père Noël généreux soit dans les parages… mdr !!

D’après toi, quelles sont les principales qualités à avoir pour faire de la moto à ce niveau ? Et pourquoi ?

Rester calme et concentré en toutes circonstances, rester simple, soi-même dans la vie de tous les jours et même avec de bons résultats. Volontaire, travailleur et pugnace avant et pendant la saison ; pour moi c’est entre 10 et 15 heures de sport par semaine pour parfaire ma condition physique:

  • cyclisme
  • footing
  • thai boxing
  • travail en salle avec un coach

Il y a aussi un travail psychique avec un travail sur soi, des remises en question et accepter la critique car elle peut être bénéfique

Quel est ton projet de vie ? Vivre de tes courses moto ou trouver un boulot à côté ?

J’aimerai vivre de ma passion, mais comme rien n’est jamais acquis, je continue à travailler au lycée pour m’assurer un avenir.

Tu as un modèle ? Quelqu’un qui t’inspire ?

Vale ! Valentino Rossi bien sur ! Pour son charisme et son talent. Parti tout en bas, il est arrivé au firmament. C’est un personnage haut en couleur, comédien, un seigneur pour moi.

interview-alan-techer-2

A part le deux-roues, tu dois avoir d’autres passions. Tu pratiques sans doute d’autres sports. Quels sont-ils ?

Comme déjà dit beaucoup de physique : vélo et thai boxing qui permet de travailler le mental et de me rendre plus agressif. Et aussi les jeux vidéo, d’ailleurs je m’entraîne dessus pour apprendre les circuits !

Question piège : comment te vois-tu dans 10 ans ?

Barbu, marié, en pantoufles, avec des gosses !! Non je plaisante c’est une boutade. Piloter et en vivre serai mon rêve et pouvoir faire partager ma passion avec des gamins, les aider serait bien. Quand tu te lèves le matin et que tu te dis que tu vas pas au boulot mais assouvir ta passion ça doit être le top !!!!

Et pour finir, un mot à rajouter, un merci ou une petite dédicace pour les lecteurs de Startin’ ?

Un grand merci à la FFM, qui me suit et m’aide depuis mes débuts, à Alain et Nicola, précieux éducateurs qui m’ont appris et m’enseigne encore, merci à Gegene du moto club de Cagnes -Villeneuve Loubet, à la mairie de Grasse et particulièrement à Monsieur le Sénateur Maire, merci à tous mes sponsors (malheureusement pas assez nombreux) fidèles depuis le début et surtout à mon père et ma mère sans qui rien n’aurait pu être possible, pour leur investissement personnel et financier (hein papa… !)
En France faire de la moto est très difficile, pour y arriver il faut y croire et surtout le vouloir (le pilote et son entourage doivent ne faire qu’un, on ne fait pas de la moto pour faire plaisir à papa). C’est un sport peu médiatisé et c’est donc très difficile de trouver des budgets, de récupérer des fonds: nerf de la guerre pour y arriver.

Pour finir je citerai votre confrère de Sport-bikes… « En Grand Prix, il ne reste plus que des gentlemen drivers qui amènent des budgets prenant la place de jeunes talents miséreux ».

interview-alan-techer-3

Et surtout un grand MERCI à vous de vous être intéressé à moi en espérant reparler avec vous pourquoi pas se voir sur un circuit ou ailleurs. Intéressé par la suite de ma carrière ? Je peux vous tenir au courant de mes résultats par mail, passez moi votre adresse! A bientôt sur le site www.alantecher.com

Merci à Alan et à son papa pour le temps consacré !

Voilà, vous savez tout sur ce pilote moto Red Bull, il est jeune, il a la vie devant lui mais la tête bien posée sur les épaules. Alan, nous te souhaitons tout le meilleur pour toi dans la vie comme sur la piste ! Reste toi, même à 17 ans tu as tout d’un grand 😉

Vous aimez cet article ? Notez le :
Article noté 5/5 avec 3 votes.
Interview Alan Techer écrit par Vaï Iperty avec une note moyenne de 5/5 - 3 vote(s)

commentaires Facebook