Le blog Startin’Sport publie aujourd’hui l’interview de Méryll Boulangeat, qui a  terminé 3e début Mars des Championnats du Monde de skicross 2009, à Inawashiro !

Les dernières épreuves de Coupe du Monde lui ont moins souri, mais elle devrait être au taquet lors des Championnats de France de skicross, ce Samedi 28 Mars…

 

– Méryll, qu’est ce qui t’a poussée vers le skicross ?

En fait, j’ai arrêté le ski alpin à l’âge de 14 ans.

Je n’était plus vraiment motivée et pas prête à me donner du mal pour réussir. J’ai alors intégré la section ski de la Motte-Servolex, je voulais passer mon monitorat de ski.

Cette formation nous permettait de skier tout l’hiver. J’ai skié comme ca, à fond, sans compètes, juste pour le plaisir pendant 2 ans.

Mon père m’a alors proposé de faire un skicross, je ne savais même pas ce que c’était. On s’y est rendus avec mes deux soeurs et mes parent, et j’ai tout de suite accroché !

Finalement, c’est vraiment par hasard que je suis arrivée au skicross…et pour le coup le hasard fait bien les choses !!!!
 
– Quelles sont les qualités à avoir pour réussir dans cette discipline ?

Je pense que c’est une discipline qui demande beaucoup de qualités.

C’est un sport trés complet, qui exige à la fois une technique en alpin assez poussée : quasiment toutes les filles ont fait des FIS, une bonne partie des Coupes d’Europe et certaines des Coupes du Monde, des filles ont même déjà eu des médailles aux Championnats du Monde en alpin ! 

Des départs puissants, un physique important mais aussi de l’expérience, des qualités de glisseuse, un mental de tueuse (car il ne faut pas oublier que l’on se bat directement contre nos adversaires) et une dose d’engagement…voilà la recette pour faire une bonne skieurcrosseuse !

 
– Tu as débuté sur le circuit Coupe du Monde à 17 ans, en Janvier 2004 : a quoi fut dûe ta précocité pour le haut niveau ?

Ben en fait j’ai commencé le skicross à 16 ans et l’année suivante, on m’a dit que je pouvais faire les Coupes du Monde…J’ai donc saisi ma chance. mais tout c’est passé très vite.
 

– En 2006, tu signes ton 1er podium en Coupe du Monde, en Espagne : qu’as tu ressenti à ce moment ?

En fait tout au long de la saison je sentais que je pouvais bien faire, à chaque course je tombais toute seule, ou je faisait des erreurs stupides car je voulais trop bien faire.

En Sierra Nevada, j’ai skié relachée, je me suis amusée et ça a payé. J’étais super heureuse, ce résultat arrivait en fin de saison.

Ce podium avait une saveur toute particulière, car c’est une française qui avait gagné et en entendant la Marseillaise, je me suis dit :  » j’aimerais bien qu’elle soit pour moi un jour ! »

 
– Tu deviens, cette même année, Vice-Championne du Monde Junior…

Oui, c’était la course d’avant. Pour l’anecdote, je suis passée de  -30 ° en Russie à +20 ° en Sierra en deux jours, c’était assez cool !!!

Après pour ce qui est des Mondiaux j’étais hyper déçue de mon résultat, car je partais favorite et je voulais vraiment gagner.

Ca c’est joué à la photo finish, mais sur le podium je me disais : Vice-championne du monde junior, c’est quand même pas si mal !

 
– Ta 1ère victoire en Coupe du Monde arrive en 2007, aux Contamines : ça devait être super émouvant que ça se produise en France non ?

C’était tout simplement énorme ! Gagner en France sur la piste des Contamines, ça restera un de mes meilleurs souvenirs.

Il y avait mes parents, des amis et pleins de français !!!! Puis j’étais d’autant plus contente que je me suis amusée, j’avais vraiment l’impression de bien skier. La journée idéale quoi…

 
– L’année 2007 est énorme pour toi puisque tu termines également 2e des Championnats du Monde Italiens, 3e des Winter X Games et Championne de France ! Quels souvenirs gardes-tu de tout ça ?

J’en garde de très bon souvenirs. Cette année là, je me souviens que tout semblait facile, je n’arrivais de nulle part, personne ne m’attendait.

Je skiais libérée, sans pression. C’était vraiment génial !

 
– Les Winter X Games, c’est une atmosphère particulière, tu devais être heureuse d’y participer non ?

En effet, les X Games tout le monde en parle, ce n’est que sur invitation.

C’est énorme et tu rêves d’y participer au moins une fois dans ta vie.

La première année, j’en ai pris plein la vue. C’était top.

 
– Les pistes Françaises te réussissent plutôt bien puisqu’en Janvier 2008, à Flaine, tu décroches ta 2e victoire en Coupe du Monde… la même émotion que pour la 1ère ?

L’émotion était différente, mais dans les deux cas c’est quand même une super sensation.

Aux Contamines, j’ai gagné en doublant Ophélie David, alors qu’à Flaine je suis partie première et j’ai fini première. En plus à Flaine, Ophélie avait chuté en qualification.

Aux Contamines il faisait beau, a Flaine il neigeait de gros flocons…. tout était tellement différent.

Mais dans les deux cas, c’est tellement agréable de gagner en France !

 
– Fin Janvier 2009, après 2 jours d’entraînement, tu décides de ne pas participer aux X Games : tu n’avais pas les sensations ?

Ben en fait je me suis rendue compte que je n’étais pas dans la course. L’année précédente, j’avais fait une grosse chute qui aurait pu me coûter la saison.

Je ne sais pas si inconsciemment j’y ai pensé ou pas, mais je me suis trouvée au départ en me disant : ne te fais pas mal, la prochaine course est sur la piste Olympique et puis il y a les Mondiaux.

Bref je me suis rendue compte que les X Games ne représentaient pas mon objectif principal cette saison.

Et je pense que les X c’est comme les JO, quand tu prends le départ c’est pour gagner et là je n’étais pas dans cet esprit, j’ai donc décidé de dire stop et de renoncer à cette course plutot que de faire les choses à moitié.

 
– C’est plutôt courageux de ta part, ce n’est pas toujours évident de dire « stop » dans le haut niveau…

C’est vrai que ça a été une décision difficile, car peu de gens peuvent comprendre ce qui se passait dans ma tête à ce moment là.

Les critiques ont été nombreuses, mais je savais que les personnes que j’aime et dont j’ai besoin comprendraient mon choix et me soutiendraient et ça c’est important.

 
– Es-tu proche d’Ophélie David, la « reine » du skicross ? Te donnes t-elle des conseils ?

On s’entend très bien. L’ambiance entre les filles (avec Marion Josserand et Ophélie) de l’Equipe de France est très bonne.

On s’aide énormément, nous sommes très complémentaires.

 
– Le 2 Mars dernier, tu obtiens la médaille de bronze aux Mondiaux d’Inawashiro 2009 : peux-tu nous raconter ça ? As tu senti en arrivant que tu pouvais aller chercher ce podium ?

J‘ai vraiment pris la course comme elle venait. J’avais à coeur de bien faire et je savais que pour bien faire, il fallait que je skie vite et bien, et que j’ai de bons départs.

Je me suis plus concentrée sur mes sensations que sur le résultat.

On sait à chaque course que l’on peut aller chercher un podium, la différence se fait dans l’approche que l’on a tout au long de la course.

 
– Pas trop dur de fêter cette 3e place, après la contre-perf’ d’Ophélie ? Tu devais être déçue pour elle…

En fait on a rien fêté du tout, car on as pris le bus tout de suite après le podium. Mais je compte fêter ça en fin d’hiver avec mes amis !

J’étais déçue pour elle car elle reste la meilleure mondiale, mais elle a quand même fait une super saison. Je suis aussi déçue pour les garçons et Marion, qui méritent aussi un podium mondial.

 
– Avec Ophélie et Marion Josserand, il doit y avoir une belle émulation en Equipe de France non ? Ca t’aide en compèt’ ?

Oui ça m’aide énormément de les avoir, avec Marion nous sommes vraiment très amies et dans les moments difficiles c’est important d’avoir quelqu’un pour essuyer tes larmes et te pousser vers l’avant. 

 
– Tu penses un peu aux J.O. 2010 ? Le skicross discipline olympique, ça promet une belle fête du sport !

Bien sûr que j’y pense, mais il ne faut pas brûler les étapes, il y a encore beaucoup de courses avant.

Je l’ai dans un coin de ma tête, ça m’aide et ça me pousse dans les moments difficiles.

 
– Une victoire à la Plagne, pour la dernière épreuve de la Coupe du Monde 2009, ça aurait de la « gueule » non ?

Ah ça pour avoir de la « gueule », ça aurait de la « gueule ». Franchement gagner à la plagne ca serait énorme… Y’a plus qu’a faire le boulot !!! [NDLR : l’interview a été réalisée avant cette épreuve, où Méryll n’a pu hélas décrocher un podium]

 
– Que peux-t-on te souhaiter pour la suite ?


Une belle vie pleine de bonnes surprises !
 

– Dernière question, que penses tu du blog Startin’Sport ?

Je trouve ce blog très intéressant. Je ne le connaissait pas, mais il fait maintenant partie de mes favoris.

J’aime le fait que l’on y parle de sports qui m’intéressent, et qui ont une place très limitée dans les médias à l’heure actuelle. Ce ne sont que des sports dit « alternatifs ».

Le fait qu’un blog leur soit consacré est très valorisant pour tout ces sports, qui ont du mal à exister face à des sports plus populaires comme le foot par exemple.

Alors un seul mot : « merci Startin Sport !!! »

 

Pour conclure en beauté, voici une vidéo bien fun de l’épreuve skicross des Tignes Airwaves 2008, où Meryll avait pris une jolie 2e place derrière Karin Huttary…

 

Vous aimez cet article ? Notez le :
Article noté 0/5 avec 0 votes.

commentaires Facebook