Sarah Hébert, Vice championne du Monde FW 2007, 3ème mondiale PWA 2007/2008/2009, nous a gentiment offert un interview. Elle va se lancer dans un défi absolument fou:

Faire une Transatlantique en windsurf !

A noter que la suite de l’interview se trouve chez nos compères de Vagueo !

Régalez vous bien !

Comment t’es venu cette passion pour le windsurf et les sports nautiques en général?

J’ai grandi sur un voilier pendant les 11 premières années de ma vie!
J’ai ensuite découvert la planche en Nouvelle Calédonie avec une vieille astro rock qui trainait dans le garage de mes parents!

Ton apprentissage a t-il été facile?

J’étais surtout mordue, piquée, atteinte!!! Les gars du club où je naviguais me prenaient pour une dingue je ne tenais même pas compte du temps, j’y allais tous les jours, c’était durant l’été calédonien 1999! Du coup j’ai progressé à vitesse grand V !

Pratiques tu d’autres sports (nautiques ou non) ?

Au quotidien je fais pas mal de VTT, de la muscu, du kite quand je peu squatter du matos!!
J’aime varier les plaisirs mais malheureusement les journées sont limitées à 12 heures, je ne peux pas tout faire!!

Entre temps tu as eu un « petit » problème de santé, tu peux nous en parler ?

Il y a 4 ans suite à un test d’effort on m’a implanté un défibrillateur. Depuis j’ai une petite boîte de la taille d’un téléphone portable dans le pectoral gauche!
Ce n’a rien changé à ma vie je peux continuer à vivre à 100% sans me soucier de rien!!
Mon seul regret c’est que l’on m’aie retiré ma licence française pour des raisons d’assurance…

Tu as quand même ré-atteint un très haut niveau sportif, comment ça c’est passé?

1 mois après mon implantation j’avais le droit de reprendre le sport, deux mois après mon coach m’inscrivait aux championnats d’Europe.
J’avais encore des douleurs mais j’étais tellement soulagée et heureuse d’être là que j’ai remporté la compétition!!
La passion est toujours la plus importante!!

Alors, comme ça on part faire une Transatlantique en windsurf ? Quelle ambition!
Tu dois être ravie de retrouver l’océan après ton tour du monde avec tes parents.
Racontes-nous un peu tes souvenirs de voyage…

Oui cette idée est née il y’a plus de 3 ans quand je faisais partie de l’écurie de course au large d’Yvan Bourgnon!
J’ai redécouvert le grand large sur les engins de course que sont les trimarans 60 pieds! De cette période j’en garde mes souvenirs les plus forts en adrénaline!
A 25 ans, 14 ans après avoir posé pied à terre l’appel du large est irrésistible, je dois repartir!!
Il y a trop de souvenirs pour qu’ils rentrent dans une interview, j’ai grandi les fesses dans l’eau, sirotant de la noix de coco, bercée par le roulis des vagues, stimulée par les différentes cultures que j’ai rencontré, constamment face aux éléments, en totale harmonie avec la nature!!

Et ta préparation, elle se passe comment ?

La base de ma préparation c’est la navigation, être un max à l’eau et dans les conditions qui se rapproche de celle que je vais rencontrer dans l’Atlantique.
Je complète tout ça par du SUP, des séances de cardio à la salle de muscu et du VTT.
Il y à aussi la préparation mentale, pour ça je suis en train de lire tous les livres écrit par les personnes ayant déjà traversé l’Atlantique sur des petits engins, cela permet de voir par quels stades ils sont passés!

Tu n’as pas peur ?

J’ai eu une série d’angoisse les deux jours après l’annonce officielle à Nouméa, comme une prise de conscience!
Aujourd’hui non je n’ai pas peur, même s’il m’arrive d’avoir des doutes et craintes, je fais tout pour que cette tentative réussisse!

Pour les plus avertis, peux-tu nous parler de ton matériel ?

Un matériel grand public, que vous pouvez trouvez dans votre surf shop!
La série Grand prix de chez NAISH, c’est du matos slalom/freeride.

Tu vas filer un gros coup de pouce à la communication sur les défibrillateurs, qu’est ce que tu en attends en fait ?

C’est vraiment important pour moi que la médiatisation de mon projet puisse profiter à la cause!!
Il y a trop de questions en suspens, de gens qui n’osent pas sortir de chez eux, trop de personnes même dans le milieu médical qui ne savent pas qu’on peut implanter un défibrillateur!!
J’en attends une prise de conscience, une meilleure communication, des aménagements pour les porteurs notamment dans le domaine des assurances et prêts parce que finalement ce n’est pas le def’ le problème, mais plutôt la pathologie que l’on a! Il ne faut pas avoir peur de cet « ange gardien ».

Et, je crois que ton projet a aussi des objectifs médicaux et scientifiques ?

Oui j’essaie de trouver un cardiologue assez fou pour me suivre afin qu’il puisse étudier les contraintes subit par le def’! Aujourd’hui on implante de plus en plus cet appareil à des jeunes alors qu’il a été conçu à la base pour les personnes âgés!

Et après le Windsurf Transatlantic, tu as d’autres projets ?

Pleins, et même certains que mon conscient ne connait pas encore!! La Terre est grande et la mer un univers immense!

Pour finir, est-ce que tu souhaites faire passer un message aux lecteurs ?

Oui! Je leur souhaite un super été avec du vent et des vagues!!!

Voilà pour le projet fou et osé de Sarah Hébert, nous lui souhaitons bon courage pour préparation et nous vous donnerons de ses nouvelles dès que possible !

L’interview est aussi disponible chez nos amis de chez Vagueo.

A savoir que la première traversée de l’ Atlantique en planche à voile a été réalisée par Christian Marty en 1982. Il était le pilote du Concorde qui s’est écrasé près de l’ aéroport Charles-de-Gaulles en 2000.

Vous aimez cet article ? Notez le :
Article noté 0/5 avec 0 votes.

commentaires Facebook