La pratique de la longboard est une pratique urbaine « comme une autre ».

Cette phrase est vraie en partie : elle permet « au grand public » d’intégrer que les longboarders ne sont pas simplement des jeunes (ou plus vieux), des têtes brulées, qui pratiquent leur art sans réfléchir à leur environnement.

longboard de descente

Mais cette phrase est aussi en partie fausse pour les initiés, en effet la pratique de la longboard n’est pas forcément urbaine.

De deux, elle se décline en une multitude de pratiques urbaines et ensuite, elle n’est pas une pratique comme les autres, car comme chacune de ses consœurs, elle nécessite de maitriser son environnement et son matériel; et dans son cas plus particulièrement l’art de la glisse.

Qu’est-ce que la longboard ?

Petit retour sur ce qu’est une longboard via un peu d’histoire pour commencer !

Histoire

Historiquement, l’utilisation d’une longboard pour se déplacer, faire du sport ou comme pratique urbaine remonte aux années 60 en Californie. Et plus précisément aux surfers de la côte ouest au début des années 1960, qui au vu du manque de vagues, ont cherché à retrouver les mêmes sensations sur le bitume que sur l’eau.

longboard position descente

La longboard arrivera en 1964 en Europe, grâce à un français : Joël de Rosnay. Il a ramené celle-ci d’une compétition de surf aux Etats-Unis.

Kezako ?

Concrètement la longboard c’est une planche sur 4 roues, les trucks reliant la planche aux roues. Mais dans ce cas :

Qu’est-ce qui différencie une longboard, d’un cruiser ou d’un skateboard ?

La première différence (pour caricaturer) se trouve dans la taille : la taille des trucks, la taille de la planche et la taille des roues.

La seconde consiste en la forme de la planche : là aussi la caricature peut être importante, car la forme de la planche dépend du type de glisse que l’on souhaite adopter : on vous en dit plus dans le paragraphe suivant.

La longboard en milieu urbain

L’une des pratiques les plus connues de la longboard en milieu urbain est le carving/cruising. C’est cette pratique qui est directement inspirée des surfers californiens et qui permet de ressentir le maximum de sensations liées à la prise d’une vague.

Pour s’adapter au milieu urbain, vous pourrez utiliser votre longboard pour faire du slalom, la clé ici est l’équilibre de votre corps, mais aussi l’équilibre entre vitesse et précision.

Le dancing, comme son nom l’indique, permet aux riders d’effectuer des mouvements artistiques sur leurs planches en mouvement. Le dancing est un mélange de dance (à proprement parlé), de figures et d’équilibre sur sa planche.

Avant de passer plus en détails au downhill, il faut savoir qu’en milieu urbain, beaucoup de riders recherchent à faire du free-ride. Ici l’environnement urbain reste le « terrain de jeux », mais ce sont plus les routes qui seront utilisées pour drifter sur le bitume lors des descentes. Ces drifts permettent de maîtriser la vitesse et la trajectoire de la longboard.

Nous pouvons aussi dire que le milieu urbain peut être vu comme un terrain d’entrainement pour les free-riders ; si ces derniers souhaitent plus de sensations : rendez-vous en montagne/collines.

La longboard en montagne

Dans ce cas, nous parlons plus de la pratique de la longboard de descente. Cette pratique est celle qui permet de prendre le plus de vitesse puisqu’elle se réalise dans des pentes. Le nom le plus répandu de cette pratique est le « downhill », ce nom parle de lui-même pour les anglophones parmi vous !

Longboard de descente ou downhill

Pour pratiquer le downhill, ne négligez encore moins votre équipement (planches, casques, protections) que pour les autres pratiques, et ne commencez pas en ayant les yeux plus grands que la colline.

Source pour la rédaction de l’article : http://www.echappees-urbaines.fr

Pour aller plus loin : tous nos articles traitant de longboard sont ici.

Vous aimez cet article ? Notez le :
Article noté 5/5 avec 2 votes.
Longboard, une pratique urbaine écrit par Startin' Sport avec une note moyenne de 5/5 - 2 vote(s)

commentaires Facebook