C'est avec plaisir que nous vous présentons la vidéo de Fabien Gilot proposée par Speedo. Ce grand nageur du sud de la France nous dévoile quelques secrets concernant son histoire d'amour avec l'eau

Fabien Gillot Speedo

L'histoire de Fabien Gilot

Fabien Gilot, 27 ans, s'entraîne au Cercle Nageur de Marseille et fait parti de ce qu'il appelle "la génération talentueuse de la natation" et nous sommes tout à fait d'accord. Ce sont des nageurs d'exception et motivés qui représentent notre pays. Fabien a décidé de nous expliquer sa relation avec l'élément dans sa région, l'eau turquoise des Calanques de Marseille constamment présente dans la vidéo nous donne envie de nous y rendre pour nous baigner mais aussi pour découvrir ce vice-champion du Monde en relais 4x 100 mètres en 2011 qui se sent comme un poisson dès que son corps est immergé. Ce nageur n'était pas forcément attiré par l'eau, au contraire il en avait peur. Lâcher le rebord du bassin pour rejoindre la ligne d'eau 2 mètres plus loin était un terrible effort qu'il a réussi à surmonter au fil du temps. Se battre contre l'adversité est la chose qui l'a fait grandir et qui l'a propulsé sur les podiums. Il nous raconte avec beaucoup d'humilité que l'eau est pour lui un équilibre et que malgré cette joie de travailler à son contact il faut énormément de travail pour pouvoir remporter des médailles surtout quand il sait que dans le monde, ses adversaires sont en train de faire la même chose pour un même résultat. La natation est un travail quotidien qu’il partage avec les autres sportifs comme une passion mais il sait aussi se servir de l’eau pour se ressourcer et profiter d’une autre manière de ce que la Terre lui offre. Pour lui, les ingrédients d’un moment de bonheur sont du soleil, de la chaleur et une eau turquoise. Ces trois éléments lui permettent de vivre des sensations typiques à la natation : la glisse, la fluidité et l’apesanteur.

 

Fabien nous donne les clés de la réussite en sport : avoir des rêves et ne laisser personne dire que nous n’y arriverons pas. Cette philosophie s’applique au sport de haut-niveau comme dans la vie de tous les jours. Son calme, sa manière d’être, sa sympathie et la façon dont il nous décrit son ressenti est assez troublant. Nous sommes là, à boire ses paroles et à nous imaginer glisser dans une eau calme, sous un soleil provençal en sa compagnie. Fabien nous amène avec lui dans son univers, nous sommes plongés dans sa vie et ce qui lui est indispensable : l’eau tout simplement. Speedo et Fabien Gilot ont réussi à nous convaincre que l’eau est le plus bel élément de notre planète, qu’elle est à protéger et que vivre avec peut nous faire comprendre beaucoup de choses…

Fabien Gillot Speedo

Unforgettable swims

La marque Speedo, vous connaissez forcément ! Leader mondial sur le marché du maillot de bain, Speedo s’efforce de répondre à la demande du moment en créant des modèles pour tous, du novice au sportif de haut-niveau comme Fabien Gilot et en utilisant des technologies innovantes. Mais cette marque ne se résume pas qu'aux maillots de bain, c’est aussi des combinaisons néoprène, des lunettes de natation, des bonnets de nage, des palettes, des palmes et l’équipement complet du nageur. Pour former une communauté autour de la marque et de la nage, Speedo a crée un site où les souvenirs sont à l’honneur : http://unforgettableswims.speedo.com/fr, chacun de nous peut y laisser son histoire, le moment où l’eau a été importante et a laissé une trace dans notre vie, une goutte qui glissera constamment sur notre peau comme l’ont fait plusieurs personnes déjà. On y retrouve notamment l’histoire de Fabien Gilot mais d’autres témoignages prenants :

  • La pêche nocturne
  • Se sentir revivre par la nage
  • La première fois
  • Né pour nager

Unforgettableswims

Ma propre histoire

C’est maintenant la rédactrice qui vous parle, vous qui lisez l’article vous vous dites sûrement qu’il s’agit là de la description d’une vidéo et de présentation d’un site mais pas du tout. Je vais vous raconter mon meilleur souvenir de nage car c’est pour moi l’occasion de me replonger dans mes jeunes années où je faisais de la natation en compétition dans le club de ma ville. J’ai donc décidé de vous raconter mon moment inoubliable au contact de l’eau. Petite, j’ai pratiqué tous les sports possibles : équitation, tennis, judo, handball, patinage artistique et la natation. Mes parents m’ont donné le goût du sport dès mon plus jeune âge et l’effort était pour moi naturel, je les remercie par la même occasion ! Après deux ou trois semaines de cours chez les débutants, je passe dans le groupe supérieur, on l’appelait « le groupe compétition ». Les challenges s’enchaînaient et les heures d’entraînement après l’école aussi. C’était dur mais je m’accrochais, j’aimais ça ! Arrive le stage de perfectionnement et la joie d’être avec mes copains et copines de nage seule à la montagne pour pratiquer mon sport mais tout ça s’est vite terminé à cause d’une mononucléose… J’ai arrêté la natation et le sport en général, trop fatiguée pour pratiquer.

Speedo

Après plusieurs mois de repos et de récupération, je vais à la plage avec ma mère. Et au lieu de jouer comme une enfant de 11 ans l’aurait fait, j’ai décidé de nager. La mer de Toulon était pour moi une piscine infinie. Au fond de mon sac, j’avais mes palettes bleues et jaunes. Elles étaient là, me guettaient et je n’avais qu’une envie : les enfiler à mes mains et partir nager. C’est ce que j’ai fait, pendant deux heures, j’ai nagé, j’ai glissé et j’ai retrouvé la sensation unique de la nage, je n’étais ni essoufflée, ni lassée, je me sentais comme transportée par les courants et ma mère ne m’aurait arrêté pour rien. J’ai regardé les fonds marins comme je ne les ai jamais regardé, le moindre poisson était resplendissants, le mouvement des algues et des grains de sable au gré des courants étaient pour moi un spectacle magnifique que je n’oublierais jamais. Depuis, mes palettes sont toujours au fond de mon sac et je ne les retoucherais plus car je veux rester sur ce merveilleux moment que m’a offert ma maladie. Mais je ne vous cache pas qu’avec le témoignage de Fabien Gilot et ce flash-back, je n’ai qu’une envie : les reprendre !!

Article sponsorisé

Vous aimez cet article ? Notez le :
Article noté 0/5 avec 0 votes.

commentaires Facebook